05/10/2017

Los fundadores de 'Basta Ya' aclaran a J-C.Juncker las "confusiones" sobre Cataluña

36799751614_7b298dfceb_z.jpg

Foto: Ceremonia de entrega del premio 2000 : ¡BASTA YA! – 2000, España (1)
 
En nombre de la Amistad Europea Universitaria y en  el mío propio, comparto y apoyo esta carta de los fundadores de la Plataforma Cívica ¡Basta Ya! al Sr. Don Jean-Claude Juncker, Presidente de la Comisión Europea.
 
Sr. Don Jean-Claude Juncker
Presidente de la Comisión Europea
Rue de la Loi / Wetstraat 200
1049 Brussels
 
3 de Octubre de 2017
 
Estimado Señor:
 
Nos dirigimos a usted como miembros fundadores de la Plataforma Cívica ¡Basta Ya!, reconocida con el Premio Sajarov del año 2000 por su defensa de las libertades en el País Vasco. Como ciudadanos españoles y europeos, estamos muy preocupados por la confusión respecto a lo que está pasando en España en relación con Cataluña. No queremos asistir en silencio a la sustitución de los hechos por la propaganda y las emociones manipuladas por un gobierno regional independentista en abierta rebelión contra la democracia española y los Tratados europeos.
 
Discúlpenos si empezamos por enumerar algunas obviedades:
 
1. Los ciudadanos de Cataluña, como todos los de España, votan con frecuencia de acuerdo con las reglas democráticas; en Cataluña, seis veces en los últimos cinco años. Es completamente falso que se les impida votar.
 
2. Las autoridades catalanas han vulnerado sus propias leyes: en las sesiones parlamentarias del 6 y 7 de setiembre impidieron a la oposición ejercer sus derechos parlamentarios a presentar enmiendas y debatir la ley exprés, inconstitucional, de celebración de un referéndum de autodeterminación.
 
3. La educación autonómica se ha utilizado sistemáticamente para adoctrinar en el odio a España, difundir el supremacismo catalán y discriminar a los escolares castellanohablantes (más de la mitad). Los escolares han sido utilizados por el gobierno catalán para manifestaciones y actos públicos a favor de la independencia, llegando a cerrarse por decisión del Gobierno regional los centros escolares y universitarios para propiciar su asistencia.
 
4. Cataluña es una de las regiones más prósperas de España y sus ciudadanos disfrutan de un alto nivel de vida y uno de los más altos grados de autogobierno de cualquier región de Europa. La región de Cataluña nunca ha sido una entidad política independiente. Fue un conjunto de condados que formó parte de Francia, y luego del Reino de Aragón hasta que se fusionó dinásticamente con el Reino de Castilla en 1492 para crear la España actual.
 
5. El partido que tradicionalmente ha gobernado en Cataluña (actualmente PDCat) lleva 30 años utilizando el dinero público, aportado por todos los españoles, para promover su agenda separatista mientras culpaba a España de sus recortes en políticas sociales, educación y sanidad con la acusación “Espanya ens roba” (España nos roba).
 
6. Ese mismo partido tiene a sus más importantes dirigentes –dos de ellos ex Presidentes, Jordi Pujol y Artur Mas- imputados por corrupción política, y se ha financiado de forma continuada con un sistema corrupto conocido como el 3%, lo mínimo que los empresarios debían pagar para acceder a cualquier contrato público. La investigación judicial de esta trama corrupta ha coincidido, y no por casualidad, con la aceleración del proceso separatista, con la esperanza de salvar a los responsables de la acción de la justicia española.
 
7. España es una monarquía parlamentaria y su Constitución puede ser enmendada por los procedimientos previstos para el caso, incluyendo una reforma que contemplara el derecho a la autodeterminación de partes del territorio, hoy en día tan inconstitucional como lo es en todos los países de la UE, sin excepción.
 
8. Una votación sobre una secesión territorial como la que promueve el gobierno catalán requeriría, para ser democrática, la participación de todos los españoles, porque lo que es de todos, el Estado y el territorio, debe decidirse entre todos.
 
9. El separatismo atenta contra la democracia: ha roto de forma unilateral y violenta (no hay ruptura del orden constitucional que no lo sea) con la legalidad española y autonómica, y se han embarcado en una campaña para presentar al gobierno central como “malvado” por no permitir un referéndum ilegal, declarado inconstitucional por nuestro máximo Tribunal.
 
Respecto a los acontecimientos del día 1 de Octubre, encontramos incomprensible que se califique de “error” o “torpeza” que las fuerzas del orden cumplan con las órdenes judiciales para impedir la celebración del referéndum declarado ilegal. Puede discutirse la idoneidad de la instrucción judicial, pero la actuación policial fue proporcional y la habitual en todos los países europeos en casos semejantes.
 
La policía autonómica catalana, los Mossos (con 17.000 efectivos y competencias de policía integral), boicoteó activamente el cumplimiento de las órdenes judiciales, facilitó los desórdenes públicos y en algunos casos se enfrentó a las Fuerzas de Seguridad del Estado (Policía Nacional y Guardia Civil), que han tenido 431 heridos en lo que estuvo muy lejos de ser “una jornada pacífica de manifestación nacional”. Las redes informativas y los medios subvencionados por el gobierno regional catalán, apoyados por la red habitual afín al gobierno ruso, han difundido sistemáticamente imágenes falsas de violencia y tergiversado los hechos.
 
El gobierno regional catalán ha actuado, y sigue actuando, como una organización consagrada a dar un Golpe de Estado. La administración autonómica se ha dedicado a dar cobertura política y apoyo material a grupos organizados que actúan en abierta rebeldía contra el orden constitucional, incluyendo ocupación de centros escolares, corte de vías de comunicación, ataques a las fuerzas policiales españolas, e intimidación generalizada de la parte mayoritaria de la sociedad catalana disconforme con este estado de cosas.
 
La “brutal represión” de la que se habla ha arrojado el saldo de un total de dos personas hospitalizadas, una de ellas un anciano que sufrió un infarto. Respecto a los “heridos”, que los separatistas cifran en unos 800, son en realidad “atendidos” por los servicios sanitarios en la vía pública, incluyendo afectados por lipotimias, ataques de ansiedad e irritaciones por inhalación de humo. La manipulación propagandística, basada en escandalizar los buenos sentimientos de personas que ignoran lo ocurrido, no tiene precedentes en la Europa democrática y remite a la historia de los regímenes totalitarios de los años treinta y cuarenta.
 
Finalmente, queremos subrayar que toda Europa quedaría muy negativamente afectada si los planes separatistas acabaran imponiéndose. España no es el único país miembro de la Unión Europea con tensiones separatistas, y la posibilidad de derogar por la vía de los hechos consumados su Constitución y su integridad territorial –siguiendo un guión que recuerda la explosión de la antigua Yugoslavia- afectaría tarde o temprano a muchos otros Estados, terminando con el magnífico proyecto de una Europa libre de nacionalismo destructor y xenófobo dentro de sus propias fronteras. Creemos que es el momento de que las instituciones europeas apoyen a España para restablecer el orden constitucional y las reglas de la democracia en una parte del país, y de la Unión Europea, controlada por una administración sediciosa y una clase política corrupta.
 
Sin otro particular, reciba un cordial saludo.
 
Fernando Savater, Carlos Martínez Gorriarán, María San Gil, Rosa Díez, Maite Pagazaurtundua
 
-oOo-
 
(1) ¡BASTA YA! – 2000, España
 
¡BASTA YA! fue una iniciativa ciudadana contra el terrorismo y la violencia política en el País Vasco español, formada en 1999 por intelectuales, defensores de los derechos humanos y activistas políticos, sindicalistas y otros representantes de la sociedad civil.

Se trata de una iniciativa que surgió como reacción al terrorismo de ETA y a la amenaza que este grupo terrorista vasco, así como otras partes más moderadas pero cada vez más nacionalistas y xenófobas, representaba para las libertades civiles y los derechos humanos fundamentales especialmente de los ciudadanos «no nacionalistas».

¡Basta Ya! tenía miembros de distintas ideologías, pero todos ellos estaban comprometidos con su oposición al terrorismo de cualquier tipo, el apoyo a las víctimas del terrorismo y de la violencia política y la defensa del Estado de Derecho, la Constitución española y el Estatuto de Autonomía del País Vasco.

¡Basta Ya! gozó de un amplio respaldo nacional en 1999 y en 2000, cuando creció la indignación del país hacia ETA, que, por entonces, había asesinado a cientos de personas en distintas partes de España y era responsable de miles de víctimas en el País Vasco a las que sometía a la intimidación, extorsión, chantaje y ataques diversos, en los que estaban incluidas las familias y la propiedad.

El movimiento se oponía a toda forma de nacionalismo y criticaba también a las autoridades del País Vasco por sus políticas y retórica nacionalistas. Sacó a las calles de San Sebastián a miles de personas que, en el marco de dos grandes manifestaciones en 2000, reclamaron políticas adecuadas para vencer al terrorismo y lograr el respeto de la Constitución.

Ese mismo año, el Parlamento Europeo reconoció la labor de ¡Basta Ya! en su defensa activa de los derechos humanos, la democracia y la tolerancia en el País Vasco. Este premio no solo sirvió para reconocer el trabajo de ¡Basta Ya!, sino que también fomentó el debate acerca del problema terrorista del País Vasco como un problema europeo y no solo español. ¡Basta Ya! se ganó el apoyo de otras organizaciones internacionales de defensa de los derechos humanos y otros países incluyeron a ETA en su lista de organizaciones terroristas.

En los últimos años, ¡Basta Ya! ha cambiado su naturaleza, puesto que la situación en España también ha cambiado, tras la declaración por parte de ETA, en 2011, del cese definitivo de su actividad armada.

Los dirigentes de ¡Basta Ya!, incluido su portavoz, Fernando Savater, que representó a la organización ante el Parlamento Europeo y en las conferencias de la RPS, crearon en 2007 el partido político Unión Progreso y Democracia (UPyD), sobre una plataforma de apoyo a la unidad de España.

En la actualidad, el partido está representado en el Parlamento Europeo. Los miembros de ¡Basta Ya! creen que las ideas y el espíritu de esta iniciativa siguen vivos en la defensa de los derechos humanos que ahora realizan otros.
 

15/09/2017

Communiqué des Associations Judiciaires sur la situation en Catalogne

 

 


1.Communiqué
2.Conclusions pratiques, gouvernementales et obligatoires, par le professeur Rafael Arenas García.

Les Associations Judiciaires, l'Association Professionnelle de la Magistrature, l'Association Francisco de Vitoria, les Juges pour la Démocratie et le Forum judiciaire indépendant, ont approuvé le communiqué suivant concernant la situation de la Communauté autonome de Catalogne.

1. Communiqué

Quand on prétend ignorer l'évidence, il faut commencer par se souvenir des bases.

Les citoyens et les pouvoirs publics, tous sans exception, sont soumis à la Constitution et au reste du système juridique qu'elle recouvre. Seul le respect de la Constitution et des principes et valeurs qu'elle préconise garantit la coexistence démocratique. En dehors de la Constitution et des canaux qu'elle fournit, il n'y a pas de légalité ni d’Etat de Droit.

→ La Justice, comme Pouvoir de l’Etat, émane de l’ensemble du peuple espagnol, unique sujet de la souveraineté nationale, et est administrée par des juges et des magistrats, hommes et femmes, indépendants et soumis uniquement à la Constitution et à la loi. ←

Il ne revient pas aux membres du Pouvoir judiciaire d’interpréter l’histoire ni de résoudre des conflits politiques, mais bien d’exercer la fonction juridictionnelle, en appliquant et en faisant appliquer la Constitution et la loi, pour garantir les droits fondamentaux et les libertés publiques de toutes les personnes.

→ L’approbation par le Parlement de Catalogne des lois 19/2017, celle du 6 septembre sur le Referendum d’Autodétermination et celle du 7 septembre sur la « Transitorieté » (Transitoriedad) Juridique et Fondationnelle de la République, suspendues par le Tribunal constitutionnel, n'a donc aucun effet pour modifier le système constitutionnel décrit, en se situant en dehors du cadre qui soutient sa propre autorité, comme le rappelle le Tribunal lui-même. ←

Par conséquent, les normes mentionnées n’ont aucune valeur contraignante et notre devoir, comme Pouvoir judiciaire, est de ne pas les appliquer, tout comme les dispositions réglementaires ou administratives qui pourraient en découler.

Les citoyens et citoyennes ne sont pas obligés d’appliquer les Lois citées ni les normes édictées dans leur mise en œuvre. De leur côté, les fonctionnaires publics ont l’obligation d’agir conformément à la Constitution et à la légalité constitutionnelle, en appliquant les résolutions judiciaires et en apportant la collaboration requise pour leur exécution. Les uns et les autres trouveront protection et réponse auprès des juges et des tribunaux, devant tout agissement visant à appliquer ou imposer des dispositions suspendues ou déclarées nulles.

→ Une autorité qui se rebelle consciemment contre la norme constitutionnelle qui la légitime perd le caractère d’autorité et il ne faut pas lui obéir. La désobéissance qui méprise les normes juridiques qui protègent la dissidence, ce n’est pas un acte héroïque mais totalitaire. ←

Dans le développement de leur travail difficile, les juges qui exercent le pouvoir juridictionnel dans la Communauté autonome de Catalogne bénéficient de tout le soutien et de la couverture institutionnelle, matérielle et morale de l'ensemble de la magistrature espagnole dont ils font partie.

Madrid, 14 septembre 2017-09-15

Manuel Almenar Belenguer (APM).
Raimundo Prado Bernabéu (AJFV).
Ignacio González Vega (JJpD).
Concepción Rodríguez González (FJI).

Descargar (pdf): Comunicado AAJJ sobre situación en Cataluña

Fuente: Comunicado AAJJ sobre situación en Cataluña

2. Conclusions pratiques, gouvernementales et obligatoires, par le professeur Rafael Arenas García:

Les quatre associations de Juges qu’il y a en Espagne l’ont dit clairement : « La Generalitat a perdu le caractère d’autorité publique. »

Maintenant il faut seulement que le Gouvernement d’Espagne et les Cortes Generales agissent en conséquence.

Le Gouvernement a toute la légitimité pour adopter les mesures nécessaires pour que la Generalitat cesse de continuer à avoir l’apparence d’autorité, administrant des biens publics, utilisant ses moyens pour détruire l’ordre constitutionnel et contraignant les citoyens pour qu’ils commettent des actes illégaux.

Si, malgré toute la légitimité pour agir, il ne le fait pas, il sera coresponsable de la faillite de l’Etat de Droit que nous subissons en Catalogne et, par conséquent, aussi en Espagne.

Fuente : Rafael Arenas García

 

 

23:10 Écrit par SaGa Bardon dans España, Europa, Pro pace, Sociogenética | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

31/03/2017

Rafael Arenas García: "Ignominie et trahison de l'Europe"

33602732046_a7f98b82ef_z.jpg

Photo : Antifascistes allemands : Tous trois étaient membres du groupe antifasciste "La Rose blanche". Après avoir été dénoncés par un appariteur de l'Université de Munich pour avoir diffusé un pamphlet antinazi, ils furent livrés par les autorités académiques à la Gestapo, jugés, condamnés à mort et exécutés (1).

-oOo-

"L'Union [européenne] est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d'égalité, de l'État de droit, ainsi que de respect des droits de l'homme, y compris des droits des personnes appartenant à des minorités. Ces valeurs sont communes aux États membres dans une société caractérisée par le pluralisme, la non-discrimination, la tolérance, la justice, la solidarité et l'égalité entre les femmes et les hommes" (article 2 du Traité de l'Union européenne).

"L'Union établit un marché intérieur. Elle œuvre pour le développement durable de l'Europe fondé sur une croissance économique équilibrée et sur la stabilité des prix, une économie sociale de marché hautement compétitive, qui tend au plein emploi et au progrès social, et un niveau élevé de protection et d'amélioration de la qualité de l'environnement. Elle promeut le progrès scientifique et technique.
Elle combat l'exclusion sociale et les discriminations, et promeut la justice et la protection sociales, l'égalité entre les femmes et les hommes, la solidarité entre les générations et la protection des droits de l'enfant.
Elle promeut la cohésion économique, sociale et territoriale, et la solidarité entre les États membres.
Elle respecte la richesse de sa diversité culturelle et linguistique, et veille à la sauvegarde et au développement du patrimoine culturel européen.
(article 3.3. du Traité de l'Union européenne).

"L'Union et les États membres, conscients des droits sociaux fondamentaux, tels que ceux énoncés dans la Charte sociale européenne signée à Turin le 18 octobre 1961 et dans la Charte communautaire des droits sociaux fondamentaux des travailleurs de 1989, ont pour objectifs la promotion de l'emploi, l'amélioration des conditions de vie et de travail, permettant leur égalisation dans le progrès, une protection sociale adéquate, le dialogue social, le développement des ressources humaines permettant un niveau d'emploi élevé et durable et la lutte contre les exclusions." (article 151.1 du Traité sur le Fonctionnement de l'Union européenne).

 -oOo-

C'est moi qui ai ajouté la mise en valeur en gras dans tous ces articles. Je me les suis remémorés hier, lorsque je lisais que la troika européenne avait proposé à la Grèce d'étendre la journée de travail à 6 jours. La nouvelle était donnée en primeur par Eduardo Rojo sur Facebook et je l'ai vue confirmée ensuite dans El País. S'il s'agissait d'une nouvelle isolée, je penserais que c'est une blague de mauvais goût; mais comme ce n'est pas le cas, comme il s'agit d'une proposition qui, malheureusement, est terriblement cohérente avec ce qui se passe, elle ne provoque pas de la surprise mais de l'indignation, une indignation profonde et douloureuse.

 

Il s'agit d'une trahison à ce qu'est l'Europe, à ce pour quoi furent créées les Communautés initiales et aux objectifs essentiels du projet européen. Les articles que je reproduis ici du Traité de l'Union européenne et du Traité sur le Fonctionnement de l'Union européenne ne sont pas de la simple rhétorique mais traduisent ce que signifie l'Europe pour la majorité des européens : un lieu dans lequel il est possible de vivre et de se développer comme être humain sans craindre la misère et les injustices qui dévastent une grande partie du monde. Une oasis qui devrait servir d'exemple pour d'autres domaines et où personne ne se sentirait abandonné par la société, par ses semblables. Un lieu dans lequel les structures économiques et politiques sont au service des personnes.

 

Sont-ils conscients, ceux qui ont proposé cette énormité, l'allongement de la journée de travail, de ce que signifie l'Europe, de ce pour quoi elle a été créée ? Savent-ils qu'elle a émergé après une guerre terrifiante dans laquelle on a bafoué comme dans aucune autre les droits fondamentaux des êtres humains ? Se rendent-ils compte que l'Europe a été créée par des personnes qui avaient souffert dans leur propre chair les conséquences qui dérivent d'une société injuste et discriminante ? Par des personnes pleinement conscientes du fait que, si la société n'est pas prospère pour tous, les pires démons sortiront à la lumière ? Je crois que ces fonctionnaires ne savent rien de tout cela et ne sont pas conscients du rôle qu'ils ont à jouer comme représentants d'une des constructions politiques et économiques les plus importantes de l'Histoire.

 

L'échec de l'Europe dans la crise qui nous dévaste est désespérant. Comment l'Union européenne peut-elle non seulement tolérer, mais même approfondir la destruction de l'économie grecque ? Comment est-il possible que non seulement on tolère, mais que même on soutienne l'exclusion sociale, la diminution des salaires, la destruction de l'état de bien-être ? Comment est-il possible que l'exemple grec n'ait pas servi d'avertissement et que maintenant le Portugal aussi se trouve dans une situation qui commence à être préoccupante, et que les troisième et quatrième économies de la zone euro (l'Italie et l'Espagne) subissent une punition profonde et injuste pour leur population ? Comment est-il possible qu'on tolère la destruction de droits sociaux, la diminution de la protection sociale, l'altération des règles du jeu qui ont permis à l'Europe de rester prospère et en paix pendant plus de cinquante ans ?

 

Nous sommes devant une trahison de l'Europe qui ne peut pas nous laisser indifférents, devant laquelle il faut réagir. Ceux qui ne sont pas d'accord avec cette Europe misérable, qu'ils le disent, qu'ils crient, qu'ils agissent. Il y a du travail devant nous, parce que le diagnostic de ce qui arrive est clair : l'Europe existe comme société et comme économie, cependant l'Europe n'est pas gouvernée par l'Europe, mais par les Etats. Ce sont les intérêts nationaux et les manœuvres qui conduisent le continent au désastre. Beaucoup l'ont dit, moi-même je le dénonçais il y a des années, et j'affirmais alors que le fait de ne pas assumer un changement institutionnel profond pourrait avoir des conséquences néfastes à moyen terme. Trois ans ont passé, et les conséquences néfastes sont déjà là. En Europe les uns gagnent et les autres meurent. La débâcle est là, et même ceux qui en tirent bénéfice aujourd'hui ne pourront éviter de subir les conséquences d'une politique erronée. Une fois que le sud de l'Europe sera un champ désert, ce sera le tour du nord, que personne n'en doute.

 

Devant ce constat, il faut construire une authentique politique européenne. Il y a seulement un chemin, seulement une solution, seulement une espérance : l'Europe, plus d'Europe. Ainsi le formulait un article écrit il y a peu par trois allemands et avec lequel je suis pleinement d'accord. Il doit y avoir plus d'initiatives dans ce sens et ici les partis politiques doivent agir. Les partis en Espagne, mais certainement pas seulement en Espagne, ont une dette envers la société qui leur a permis de monopoliser progressivement la chose publique. Nous leur avons confié tout le pouvoir et ils doivent l'utiliser pour que nos conditions de vie à tous soient meilleures. Pour réussir cela, il n'y a pas d'autre solution qu'une intégration politique européenne, et cette intégration passe d'abord par la coordination et ensuite par la fusion de partis politiques, jusqu'à obtenir d'authentiques partis européens qui défendent des politiques européennes non seulement au Parlement européen, mais aussi dans les Parlements nationaux et les gouvernements. Les partis qui n'optent pas pour cette voie ne méritent aucune crédibilité.

 

Nous devons réagir. Nous devons agir. Eugenia Rico avait raison lorsqu'elle écrivait que "on peut tout enlever à l'homme du moment qu'on le lui enlève peu à peu". Elle met cette phrase dans la bouche d'un personnage qui explique comment il a été possible pour les Allemands d'arriver à priver les Juifs de tout ce qu'ils avaient, y compris finalement leur vie. Maintenant je commence à avoir la sensation que nous sommes confrontés à la même stratégie.

Réagissons avant qu'il ne soit tard.

 

Mardi, 4 septembre 2012.

 

Source :Ignominia y traición a Europa

 -oOo-

33602732046_a7f98b82ef_n.jpg 

  • Photo : Antifascistes allemands :

 

Sur la photo, on voit, de gauche à droite, Hans Scholl (22.09.1918-22.02.1943), Sophie Scholl (09.05.1921-22.02.1943) et Cristoph Probst (06.11.1919-22.02.1943). Tous trois étaient membres du groupe antifasciste "La Rose blanche". ". Après avoir été dénoncés par un appariteur de l'Université de Munich pour avoir diffusé un pamphlet antinazi, ils furent livrés par les autorités académiques à la Gestapo, jugés, condamnés à mort et exécutés : "Jakob Schmid, appariteur de l'Université, les décrivit et les arrêta. Après les avoir interrogés, les autorités académiques les livrèrent à la Gestapo. Le lundi 22 février, quatre jours après avoir été arrêtés, ils furent jugés pour trahison et condamnés à mort. En même temps qu'eux, fut aussi condamné à mort Christoph Probst, étudiant de médecine arrêté le samedi 20 février, impliqué dans la rédaction et la distribution des pamphlets trouvés chez les frère et sœur Scholl".

13:33 Écrit par SaGa Bardon dans Europa | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |