02/03/2013

Les problèmes les plus graves du pontificat de Benoît XVI selon Xabier Pikaza

 

Le théologien Xabier Pikaza Ibarrondo évoque les problèmes qui ont affecté le plus le pontificat de Benoît XVI.

◊ Quels sont, pensez-vous, les problèmes fondamentaux que Benoît XVI a dû affronter ?

C'est curieux. Il est arrivé comme théologien, avec la réputation qu'il résoudrait les problèmes doctrinaux de l'Eglise, et il s'en va comme un "Pape cuisinier" qui a dû affronter, avec plus ou moins de succès, des problèmes très matériels, comme s'il était passé de la haute orthodoxie à la basse orthopraxie. Voici, selon moi, les problèmes qui ont affecté le plus son pontificat.

1. Le thème Maciel, l'escroquerie de quelques ecclésiastiques. Le Pape a dû faire face à l'énigme de quelques hommes malades (je n'ose pas dire pervers) qui ont profité de l'Eglise, et parmi eux Marcial Maciel. Ils l'ont fait souffrir, ils ont humilié l'Eglise.

2. Le thème de la pédérastie d'une partie du clergé… Benoît XVI n'a pas inventé ce problème, bien au contraire… Il venait des hauteurs de la haute théologie et il a découvert que le problème de l'Eglise, ce n'était pas les éventuels théologiens rebelles, mais des ecclésiastiques et des personnes qui profitent de leur poste pour utiliser les autres.

3. Le thème de l'argent… Je ne sais pas si le Pape s'y connaît en argent, mais il a dû faire face à la Banque du Vatican (IOR), qui est une petite chose, mais qui lui a donné de grands soucis. Sans une transparence économique totale, on ne peut pas parler d'Eglise.

4. Les intrigues du Vatican. Le thème est évident. Là où il y a quelques milliers de personnes employées dans une administration de "pouvoir ecclésiastique", naissent les problèmes… Les affrontements de la Curie, répercutés dans le Vati-Leaks, sont sans doute mineurs (du niveau du jardin d'enfants), mais il est évident qu'ils ont enfoncé le moral du Pape.

5. Les lefèbvriens… Ce thème, s'il n'était pas sérieux, serait comique… Ils se sont moqués de lui, oui, les lefèbvriens à qui Benoît XVI a voulu offrir le grand bercail de l'Eglise catholique. Pour cela, il leur a proposé monts et merveilles : une réforme liturgique sur mesure, des postes personnels… Mais sans succès, ils se sont moqués de lui. Pauvre Benoît XVI. Il a vu que ses plus grands ennemis ne sont peut-être pas ceux de l'extérieur, pour ainsi dire, ceux de la théologie de la libération, mais ceux de l'intérieur… dans une Eglise divisée.

6. Le thème de la sécularisation… Le Vatican suit une ligne, le monde une autre… Le Pape, qui est très intelligent, s'en est rendu compte et a vu que ses efforts, dont certains dans la ligne de Jean-Paul II (Journées de la Jeunesse, etc.) ne donnaient pas de résultats.

Ce sont les thèmes principaux de son pontificat… Il y en a peut-être d'autres, comme celui de la liturgie, que certains veulent voir revenir à un passé qui n'a jamais existé dans la forme que veulent les traditionalistes… Il y a peut-être le thème du Catéchisme unique, avec le Droit canonique unique… Et il y a, au fond, le thème du Vatican comme institution énigmatique qui s'accorde difficilement avec l'Evangile…

◊ Vous croyez que tous ces problèmes, c'est de la faute du Pape ? Qu'est-ce qu'il aurait pu faire d'autre ?

Evidemment, ce n'était pas et ce n'est pas de sa faute. Lui, il a fait ce qu'il a pu et, à mon avis, c'est plus que ce que beaucoup d'entre nous avaient espéré, à partir de son parcours comme Préfet de la Congrégation pur la Doctrine de la Foi.

Selon moi, Benoît XVI a fait beaucoup, dans sa ligne évidemment. Il a voulu être Père, il a voulu dialoguer… Mais, naturellement, il a continué à imposer (ou à promouvoir) depuis le Vatican un type d'Eglise, avec un ordre et une structure qui viennent des siècles passés. Peut-être n'a-t-il pas pu retourner aux racines de l'Evangile…

Il a ouvert des chemins, avec ses livres sur Jésus, avec sa façon de vouloir endiguer les corruptions de la Curie et de l'ensemble du Clergé… Il a fait ce qu'il a su et ce qu'il a pu, et je lui en suis très reconnaissant.

◊ Finalement, pourquoi a-t-il démissionné ?

Je ne sais pas. Je veux le croire : il a démissionné parce qu'il se sent âgé, usé. Il a démissionné parce que c'est normal de démissionner, de quitter un poste comme celui-là. C'est normal de renoncer, de ne pas rester dans le poste. Il l'a fait, et je crois qu'avec ce geste il a rendu un grand service à l'Eglise, bien que les grands problèmes qu'il a rencontrés quand il est entré au Vatican en tant que Pape soient toujours à résoudre.

Article complet en espagnol: Adiós, Benedicto XVI ! Un balance.

 

08:49 Écrit par SaGa Bardon dans Actualidad | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.