30/10/2008

La Universidad, víctima de ETA

La Universidad, víctima de ETA

Permalink 30.10.08 @ 23:45:00. Archivado en Universidades, Amistad Europea Universitaria, Pro justitia et libertate

Queremos decir a nuestros colegas universitarios de la Universidad de Navarra y de toda España, que nos identificamos con el dolor que sienten al sufrir de nuevo un ataque criminal de ETA.

La Amistad Europea Universitaria y yo mismo dirigimos muy particulamente la expresión de nuestra simpatía y de nuestra condolencia por su sufrimiento a la Universidad de Navarra, sabiendo que es la sexta vez que es víctima de este tipo de ataques, lo cual significa que, si todos somos blancos de ETA, la Universidad de Navarra, al serlo repetidamente, se ha convertido en emblema de nuestra resistencia, en defensa de los valores de la vida y de la libertad y en contra de la muerte y de la intolerancia.

Una vez más esta comunidad de brillantes universitarios ha sabido demostrarnos a todos que está dispuesta a defender nuestros valores comunes hasta el martirio.

Mañana, cada uno en nuestra universidad, en Europa y en el resto del mundo, compartiremos la justa indignación y la exigencia de respeto por su vida pacífica y laboriosa, que expresarán públicamente nuestros colegas de la Universidad de Navarra. Nuestro recuerdo y nuestro deseo de restablecimiento acompañarán también el dolor tanto físico como moral de todas las víctimas, tanto directas como indirectas, del acto de barbarie cometido esta mañana por los etarras en el lugar más simbólico del Alma Mater Navarrensis.

-oOo-

He aquí la versión que ha dado el diario "Le Monde" del atentado de esta mañana:

Imagen: AP/Unai Beroiz

Une voiture piégée explose sur le parking d'une université espagnole, blessant 17 personnes.

Une explosion s'est produite sur le parking du campus de l'Université de Navarre, à Pampelune, dans le nord de l'Espagne, au lendemain de l'arrestation de quatre activistes présumés de l'ETA dans cette même ville.

Une tragédie énorme aurait pu se produire aujourd'hui à l'université de Navarre", a déclaré le ministre de l'intérieur espagnol Alfredo Perez Rubalcaba. L'explosion d'une voiture piégée, mercredi 30 octobre, sur le campus de l'université de Navarre, à Pampelune, a fait 17 blessés légers.

La police du Pays basque a expliqué qu'elle avait reçu un appel téléphonique pour l'avertir de l'explosion, mais qu'il ne précisait pas où se trouvait la bombe. Un second appel, passé après l'explosion, a conduit à l'évacuation d'un second bâtiment.

"Nous sommes à la recherche d'une employée qui était censée se trouver à l'intérieur du bâtiment. Elle a pointé et nous ne la trouvons pas", a indiqué le maire de Pampelune, Yolanda Barcina.

L'explosion s'est produite sur le parking du campus de l'Université de Navarre, dans le nord de l'Espagne. Selon El Pais, la déflagration aurait retenti près du bâtiment principal de l'université, à côté de la bibliothèque et de la faculté de communication.

Un témoin a raconté à la radio espagnole Cadena Ser que la déflagration avait fait éclater les vitres d'un bâtiment et causé des dégâts sur plusieurs véhicules, le feu s'étant propagé. La projection de bris de verres aurait blessé légèrement dix-sept personnes, selon un porte-parole du gouvernement régional.

El Pais précise que l'explosion survient un jour après l'arrestation de quatre activistes présumés de l'organisation indépendantiste basque, trois à Pampelune et un à Valence, qui pourraient appartenir au commando Nafarroa, qui opère en Navarre. Lors de l'opération, la police avait découvert du matériel pour réaliser des explosifs, des détonateurs et deux revolvers. Ce commando qui avait déjà sévi dans les années 80 dans la région serait en voie de reconstitution.

L'Université de Navarre a déjà été la cible de plusieurs attentats, le précédent remontant à mai 2002, lorsque l'explosion d'une voiture piégée avait fait trois blessés légers. Créée en 1952 par Jose Maria Escriba de Balaguer, fondateur de l'Opus Dei, elle fut la première université privée créée en Espagne.

Les commentaires sont fermés.